#fed2015 : l’élection de la fin du bilinguisme au Canada…

Capture d’écran 2015-08-04 à 20.48.16

Qui aura le courage de le décréter officiellement? Ne soyons pas dupes, le bilinguisme institutionnel et le beau rêve d’un Canada bilingue « coast to coast » est mort depuis longtemps. Mais le temps est venu de le déclarer officiellement.

Le français est une langue de second ordre au Canada. Triturée, en décrépitude, honnie par bien des gens qui sont forcés de l’apprendre. La campagne électorale qui se déroule présentement est déjà risible en ce que les partis politiques rivalisent de maladresse syntaxique et se présentent devant la population, beaux slogans derrière eux, bilingues, mais le français est massacré. Huit mots, dix mots, mais pas foutus de parler aux francophones de ce pays en portant un minimum d’attention à leur langue. Je vais le dire crûment : « Y s’en crissent! »

Capture d’écran 2015-08-04 à 20.48.02

Bienvenue à l’ère du bilinguisme du Google translate où le traducticiel peut pondre des phrases mais où ceux qui les emploient dans cette sphère politique ne sont pas foutus de les mettre en relation syntaxique correctement tel que le feraient des étudiant de secondaire trois. « Y s’en crissent ».

Le français décline sans cesse dans le Canada hors Québec, la capitale fédérale est divisée depuis des années quant à la place à accorder au français et le maire de la ville se bat contre un statut bilingue pour Ottawa et force est de constater que le Canada se gouverne depuis très longtemps sans le Québec. Un divorce effectif que l’on tente de cacher, dont on évite de parler, en attendant que le temps fasse son oeuvre. En attendant que la « menace séparatiste » soit écartée pour de bon et que le Québec ne devienne qu’une province comme les autres. Oh francophone certes, mais de plus en plus bilingue, jusqu’à ce que le français n’y soit plus qu’un folklore, qu’une marque du passé.

Remarquez, abandonner le français au Canada épargnerait à cette langue si belle d’être massacrée par un premier ministre chaque fois qu’il fait l’usage d’un téléprompteur. Aussi, on cesserait de dire qu’un tel « maîtrise quand même bien le français » seulement par l’usage d’une phrase non syntaxique qui n’a de lien avec la langue de Molière que la reconnaissance de quelques mots. C’est notre côté poli.

BmWK73FIQAAN8Ab

Allez un petit effort! Qui sera le premier à l’admettre? M. Harper peut-être? Lui qui a tant coupé dans les services pourtant excellents du bureau de la traduction du gouvernement fédéral? M. Mulcair sinon? Cela lui rappellera la belle époque où il combattait avec acharnement l’institution d’une loi damnée, la loi 101, dont le mandat était justement la protection et la pérennité du français. Pas Justin Trudeau. Pas besoin. Il le fait un peu chaque fois qu’il s’exprime en français en fin de compte…

En attendant, ce petit peuple bègue que nous sommes continuera de collectionner vos affiches insultantes. 79 jours, c’est long! Nous aurons amplement le temps de nous bidonner un peu. En attendant.

Capture d’écran 2015-08-04 à 22.06.11

Bn-FDXvIYAEua6_

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s