Niqab, assermentation à la citoyenneté, multiculturalisme; évident malaise et silences complices…

CO-t3JZUEAAHhuC

Lors de ma revue de presse exhaustive de ce matin, je me suis attelé à la tâche de trouver ce qui était le plus pertinent concernant le jugement rendu par la Cour d’appel fédérale impliquant « une femme d’origine pakistanaise de 29 ans, Zunera Ishaq, qui avait refusé de dévoiler son visage lors d’une cérémonie de citoyenneté en 2008, invoquant des principes religieux ».

D’abord au Québec, il ne s’est écrit que peu de chose sur le sujet. Des articles d,information, comme celui cité plus par Radio-Canada. Mais en commentaire, je n’ai rien trouvé de significatif, hormis le texte du « spin doctor » bloquiste Stéphane Gobeil. Pourtant, il y a beaucoup à dire! Gobeil rappelle de façon très pertinente qu’en mars dernier, Ipsos avait sondé les Canadiens sur la question du visage couvert lors des cérémonies d’assermentation. Le verdict de l’écrasante majorité des Canadiens (88%) et des Québécois (91%) est sans appel, non au visage couvert lors de cérémonies d’assermentation.

Capture d’écran 2015-09-16 à 09.19.16

Le gouvernement sortant a manifestement voulu instrumentaliser l’affaire, et ce jusque devant les tribunaux, cela semble évident. Mais à la base, l’affaire aurait dû servir à rappeler la position intenable des chefs Trudeau et Mulcair sur la question. Ces deux chefs se sont prononcés de façon très équivoque POUR le droit de se couvrir le visage en cérémonie d’assermentation. Ces deux chefs se sont rangés du côté de l’intégrisme multiculturaliste, point. D’ailleurs, à l’heure d’écrire ces lignes, ni l’un, ni l’autre n’avait réagi à ce jugement. On comprendra que Mulcair, notamment, préfère que son appui total à ce multiculturalisme radical demeure discret au Québec. Il peut manifestement compter sur une presse complaisante qui ne se précipitera pas pour rappeler sa position.

Capture d’écran 2015-09-16 à 09.34.05

Stéphane Gobeil résume bien la situation dans laquelle se trouve Mulcair :

« Là où on sombre dans l’absurde, c’est avec la position de Thomas Mulcair. Chef d’un parti progressiste, on s’attendrait à ce qu’il défende bec et ongles les droits des femmes. Qu’il s’oppose avec autant de virulence aux islamistes radicaux qu’aux conservateurs créationnistes. Mais non, M. Mulcair s’est précipité au micro pour affirmer qu’il appuyait fermement le port du Niqab dans les cérémonies de citoyenneté, mais aussi dans les services publics! Selon le sondage cité plus haut, 91 % des Québécois sont en désaccord avec le port du Niqab. Ça ne laisse pas grand monde du côté de Mulcair. »

Puissante dénonciation dans le Toronto Sun

Le texte le plus significatif que j’ai lu sur la question a été écrit par la présidente de l’association Muslims facing tomorrow l’écrivaine Raheel Raza. Son texte est un puissant plaidoyer pour le bannissement de la niqab et de la burka de tous les espaces publics et non seulement aux cérémonies d’assermentation.

Voilà qui froissera assurément les derniers appuis des Mulcair et Trudeau (surtout au Québec), soit cette gauche communautariste, « inclusive-auto-proclamée », les derniers à défendre la position des chefs du NPD et du parti Libéral.

Capture d’écran 2015-09-16 à 09.41.50

Raheel Raza rappelle que jamais dans son Karashi natal au Pakistan elle ne croisait de femmes portant la niqab et que c’est avec étonnement qu’elle constate que le système judiciaire canadien s’affaisse devant les extrémistes religieux qui n’ont que du mépris pour les valeurs d’égalité des sexes.

« As a Muslim mother who never saw a niqab when I was growing up in Karachi, Pakistan, I am astonished to see Canada’s judiciary caving in to Islamists who have nothing but contempt for Canada’s values of gender equality.

I write this as a Muslim Canadian who does not have any specific political leanings.

But in the 25 years I have called Canada home, I have seen a steady rise of Muslim women being strangled in the pernicious black tent that is passed off to naïve and guilt-ridden white, mainstream Canadians as an essential Islamic practice.

The niqab and burka have nothing to do with Islam. »

Au Québec, le débat entourant le liberticide projet de loi 59 d’un autre intégriste multiculturaliste, le chef du PLQ Philippe Couillard, aura permis à des femmes comme Fatima Houda-Pépin ou Djemila Benhabib de tenir sensiblement le même type de discours.

Cette question s’invitera-t-elle dans la campagne électorale? Ça reste à voir. Ce qui est triste c’est le constat pathétique de médias qui se jettent comme des vautours sur une déclaration de « pénis » d’une candidate bloquiste à 17 ans ou sur l’usage malvenu d’une image d’archive par le même parti et que l’on ressasse interminablement ces pacotilles; manière de cacher tout le reste. Comme cette question essentielle inhérente au multiculturalisme ou la position très ambigus de nombreux candidats NPD concernant l’oléoduc Énergie Est. Voilà des dossiers qui devraient occuper à temps plein les commentateurs politiques.

Mieux vaut rêver.

Publicités

2 réflexions sur “Niqab, assermentation à la citoyenneté, multiculturalisme; évident malaise et silences complices…

  1. Le Canada est officiellement devenu une théocratie lorsque la Charte canadienne des droits et libertés a été adopté dans le cadre de la Loi constitutionnelle de 1982. Le préambule de la charte se lit ainsi: « Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit: » À ma connaissance, il n’y a pas de référence à Dieu dans la Loi constitutionnelle de 1867. La seule référence à Dieu antérieur à 1982 se trouve sur les pièces de monnaie avec l’effigie de la Reine d’Angleterre: D. G. Regina pour Dei Gracia Regina ce qui signifie « Reine par la grâce de Dieu ».
    D’autre part, l’article 27 de la Charte des droits a pour titre Maintien du patrimoine culturel. Il se lit comme suit: « Toute interprétation de la présente charte doit concorder avec l’objectif de promouvoir le maintien et la valorisation du patrimoine multiculturel des Canadiens. »
    Or la Loi constitutionnelle de 1982 et sa charte des droits n’ont jamais été ratifiées par le Gouvernement du Québec, quel que soit le parti au pouvoir. Rappelons que la dite loi a été adopté par le Gouvernement Trudeau avec l’appui des néodémocrates d’Ed Broadbent.
    Tout part de là, le Québec ne souscrit à ces valeurs et à la position des juges de la cour d’appel fédérale depuis 33 ans!
    Il faudra désormais avoir à l’oeil l’actuel Gouvernement du Québec pour qu’il respecte la volonté des Québécois…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s