La revanche du « niqab »…

CO-t3JZUEAAHhuC

Combien de fois avez-vous lu sur facebook, sur twitter, certains de vos contacts qui se désolaient que l’on n’accorde autant d’importance au « niqab » en campagne électorale au détriment de 100 autres sujets plus importants.

Franchement! le niqab! Pas rapport de parler de ça. Une machination de Harper (ce qui est vrai), pour attiser la division. Ceux qui s’attardent à ça sont des « identitaires xénophobes », des « nationalistes de droite Harper-Bloc », etc.

Et ainsi de suite. Combien d’ardents militants du NPD ai-je vu sacrer, rager, se désoler de voir ainsi leur chef Mulcair péricliter dans les sondages et tout ça « uniquement à cause du niqab » à les entendre… Qu’un politicien opportuniste de droite investisse un parti de gauche à coup de mensonges et de contradictions n’aurait rien à y voir apparemment.

Par la plus ridicule des contradictions, que voit-on depuis trois ou quatre jours? Que constate-t-on au cours des dernières heures plus particulièrement? Ceux-là même qui se lamentaient qu’on ose même évoquer le dossier du niqab sont ceux qui ne peuvent plus s’empêcher d’en parler. Non. Les statuts pleuvent, toute la gauche bien-pensante qui s’indignait à l’évocation même du mot ne peut plus s’empêcher d’en parler.

Chacun pond sont statut pour dire son mépris de ceux qui ont osé « instrumentaliser le niqab ». Ah. C’est drôle, mais au cours des derniers jours, si on jase niqab, c’est beaucoup plus à cause du NPD qui se disloque sur la question au prix de dissidences qui s’expriment, de candidats qui contredisent leur chef. Si on jase encore niqab, c’est aussi beaucoup parce que le chef Mulcair fait tout pour sauver la face -et les meubles- et qu’il tient absolument à en discuter dès qu’on lui tend un micro, afin de « préciser sa position ».

Ça tombe juste bien d’ailleurs que cette « précision » de Mulcair sur la question s’insère dans le bloc nouvelle de la radio d’état qui prend bien soin de rappeler à la populace qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter… « Seulement deux femmes ». Un faux-débat voyons.

Un faux-débat que l’on étire depuis 4 jours. Car selon ceux qui se sont tant désolés que leur chef « périsse à cause du niqab », la meilleure façon de le réhabiliter serait de « ré-insrtrumentaliser » le débat sur le niqab mais du point de vue du nombre.

« Seulement deux femmes ».

Comme il n’y aurait que deux cas recensés de femmes qui ont refusé de retirer leur niqab lors d’une cérémonie de citoyenneté, la meilleure façon de réparer les pots cassés c’est d’étirer la sauce pour montrer aux méchants imbéciles heureux qui sont tombés dans le panneau de déserter leur chef que « youuuuhouuuu! ça n’avait pas rapport finalement! On efface tout! »

Souvent, ce sont les mêmes qui discartent d’emblée le Bloc Québécois car les « indépendantistes refusent de se questionner, de procéder à une sérieuse introspection ». Jamais cependant ceux-ci n’admettront que si leur chef est en chute libre c’est avant tout une question de crédibilité dans laquelle le niqab a joué un rôle, certes, mais qui s’ajoutait au reste. Comment un politicien pouvait-il s’imaginer que mentir autant en pleine campagne électorale pourrait passer inaperçu?

Admettre ça? Jamais!

Plutôt l’argumentaire kafkaïen du nombre. Y’en a que deux. Une simple façon de s’habiller. Qui sommes-nous pour juger de ce qu’une femme porte. Ça te dérange le niqab? T’es un identitaire xénophobe!

Christian Dufour (qu’on peut difficilement qualifier de sympathisants bloquiste) du Journal de Montréal a servi un jab à ceux qui souhaitent tout expliquer par l’argument du nombre en évacuant complètement le symbole…

« Les conservateurs ont réussi quelque chose de fort et d’important dans cette affaire. Quelque chose qui n’est pas qu’une distraction par rapport aux vrais enjeux intéressant les Canadiens, car cela touche au cœur de leur identité et de leurs valeurs.

Stephen Harper vous a obligé à reconnaître que vous vous refusiez à mettre quelque limite que ce soit au multiculturalisme canadien, même quand ce dernier offense le bon sens le plus élémentaire. Car faut-il vous rappeler, M. Mulcair, qu’il est question ici d’une CÉRÉMONIE citoyenne canadienne?

Comme M. Trudeau, vous ne nous parlez ici que de tolérance, de droits individuels et de charte; vous semblez adhérer à l’idée que le multiculturalisme à la canadienne serait littéralement sans limites.

Symbole d’obscurantisme

Lors d’un événement essentiellement symbolique, vous acceptez que le Canada s’incline devant ce symbole d’obscurantisme qu’est le niqab.

À qui ferez-vous croire que tenir à rester intégralement voilé lors de la cérémonie où on devient Canadien est un droit fondamental et non pas un caprice identitaire, une provocation irrespectueuse des valeurs canadiennes et québécoises les plus profondes? »

Car chaque fois, ceux qui veulent « ré-instrumentaliser » le débat sur le niqab à partir de l’argumentaire en fonction d’un contexte et du nombre très précis refuseront (ou n’admettront pas) de discuter de la symbolique du niqab. Non. Qu’une façon de s’habiller. Pas de nos affaires.

Christian Dufour voit juste; un tel raisonnement heurte avant tout car c’est l’admission que le multiculturalisme à la canadienne selon ces gens est sans limites. Aucune. Et c’est ici que ce débat devient essentiel. Tant qu’à jaser niqab, autant le faire sur le fond. Que le NPD et les Libéraux nous expliquent pourquoi leur conception du multiculturalisme est sans limite. Je l’ai écrit ici, Boulerice et Mourani, lors d’entrevues sur le sujet, ne convaincront personne par leur argumentaire fondé essentiellement sur le « vêtement ».

À cet argument, le pourfendeur d’intégristes religieux Tarek Fatah offre une réponse cinglante: « Le niqab est l’étendard de l’islamisme« . Texte écrit en mars dernier alors que le Canada anglais se questionnait sur la question du niqab justement. Fatah a des mots très durs pour ces politiciens qui se font défenseurs du niqab.

« Trudeau’s recent championing of the niqab as a basic human right has aided Islamism in Canada and undermined millions of liberal Muslims around the world. » (En se faisant grand défenseur du niqab, Justin Trudeau encourage l’islamisme au Canada et unit à des millions de musulmans modérés dans le monde).

Fatah explique que sa propre mère s’est débarrassée du niqab en 1946 au prix d’une lutte difficile, déchirante.

Raheel Raza, présidente du Council for muslims facing tomorrow, musulmane modérée et féministe abonde dans le même sens. Elle se désole de voir qu’au Canada, de plus en plus de femme s’emmurent dans ces prisons de tissu que sont niqab.

« In the 25 years I have called Canada home, I have seen a steady rise of Muslim women being strangled in the pernicious black tent that is passed off to naïve and guilt-ridden white, mainstream Canadians as an essential Islamic practice.

The niqab and burka have nothing to do with Islam.

They’re the political flags of the Muslim Brotherhood, ISIS, the Taliban, al-Qaida and Saudi Arabia. »

Ah. L’Arabie Saoudite. Notre allié, tel que le mentionnait Harper lors du débat en français lorsque pressé de questions par Gilles Duceppe sur l’indécence des contrats d’armement qui lient le Canada à cet état pétrolifère barbare. En ça, le jeu de Harper est hypocrite. S’il s’inquiétait autant du sort des femmes qui portent le niqab, il ne ferait pas des Saoudiens des alliés.

Voilà pourquoi l’argument du nombre et du contexte très restreint, « ré-instrumentalisé » par ceux qui tentent uniquement de sauver la face, et sauver la mise pour le parti qu’ils défendent, ne tient pas la route. Le prochain gouvernement aura à légiférer sur ces délicates questions. La Cour suprême sera presque assurément saisie elle aussi de ce dossier. N’est-il pas, dès lors, pertinent de connaître les positions de chacun des partis, des chefs, de leurs candidats, sur la portée du multiculturalisme?Doit-il être sans limite? Dans cette logique donc, le niqab ne serait qu’un simple morceau de tissu, un vêtement banal?  Si c’est le cas, que les chefs Mulcair et Trudeau le disent franchement. La population pourra au moins savoir à quoi s’attendre d’eux quand cette question sera encore débattue. De débattre, sur le fond, sur la nature, la pertinence du multiculturalisme canadien, voilà la dernière chose dont les militants du NPD de Mulcair au Québec aimeraient parler.

Plutôt confondre et réduire le tout au plus petit dénominateur sémantique possible, un tout petit chiffre sans importance : deux.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s